Je n’ai pas eu d’augmentation depuis cinq ans

« Je travaille pour la même entreprise depuis plus de 25 ans et je n’ai pas reçu d’augmentation depuis cinq ans. Le PDG ne cesse de nous dire que l’entreprise ne gagne pas d’argent, et il remet en doute la motivation de ses équipes. Mais il a été vu récemment au volant d’un nouveau 4X4. » Ce type de témoignage est aujourd’hui courant. Selon les derniers chiffres disponibles de l’INSEE, publiés en décembre 2020, le revenu annuel moyen des Français a reculé de 0,1% en 2017, après trois années de faible croissance à 0,8% par an.

Si l’employeur est totalement libre de fixer les grilles de rémunération de ses salariés, il est tenu d’une part de respecter le SMIC ou les minima conventionnels fixés par un accord de branche ou d’entreprise, et de répercuter les augmentations des planchers salariaux. D’autre part, il doit tenir compte du principe d’égalité professionnelle : à travail égal, salaire égal. Un collaborateur constatant qu’un collègue affichant les mêmes responsabilités et la même ancienneté a bénéficié d’une augmentation, alors que lui non, peut saisir le Conseil des prud’hommes.

Par ailleurs, depuis un arrêt du 6 mai 2015 de la Cour de Cassation, l’employeur est contraint de justifier toute augmentation… ou absence d’augmentation. Si le texte précise que l’employeur n’est pas dans l’obligation d’augmenter l’ensemble de ses collaborateurs de la même manière, il doit tout de même motiver ses choix en mettant en avant des « éléments vérifiables ». En clair, il doit prouver que l’augmentation est fixée sur la base de critères tangibles plutôt qu’arbitrairement.

En outre, l’employeur est tenu d’organiser avec chaque salarié un entretien professionnel tous les 2 ans. Tous les 6 ans, cet entretien est l’occasion de faire le point sur les formations suivies, mais aussi sur l’évolution professionnelle et salariale. S’il s’avère que vous n’avez reçu aucune formation au cours des 6 dernières années (et les formations obligatoires ne comptent pas), l’employeur doit verser 3 000 € sur votre compte personnel de formation. Ce n’est pas une augmentation, mais c’est une compensation qui peut être utile si vous souhaitez aller voir ailleurs !

L’augmentation salariale est rarement automatique

Dans l’exemple cité plus haut, la meilleure attitude consisterait en effet à actualiser son C.V., trouver un nouvel emploi et donner sa démission. Dans cet ordre. Un chef d’entreprise qui n’accorde pas d’augmentation pendant cinq ans, se plaint du manque d’argent tout en affichant de manière ostentatoire ses achats et ne voit pas que son comportement décourage ses équipes, n’est malheureusement pas prêt de changer.

Bien sûr, la première chose à faire est de solliciter officiellement cette augmentation – qui comme on l’a vu n’est pas forcément automatique. A moins que le salarié ait déjà atteint le sommet de l’échelle de rémunération de sa profession et ne soit donc pas en mesure de gagner plus d’argent, même ailleurs. Les salaires sont fixés en fonction des taux du marché et si vous êtes déjà tout en haut de l’échelle, vous ne pouvez aller plus loin.

Le chef d’entreprise pense qu’il fait une faveur à ses collaborateurs : quelle bonté, n’est-ce pas, de vous offrir un emploi ? A l’évidence, les patrons de PME prennent des risques. Mais ils ne le font pas « par bonté ». Ils le font parce que c’est le seul moyen de réaliser des profits. Ce patron cité en exemple n’aurait pas acheté ce nouveau 4x4 et ce nouveau bateau sans ses collaborateurs. Certes, il leur propose des emplois, mais les salariés contribuent à la prospérité de l’entreprise.

Le turnover coûte très cher aux entreprises

Il peut être effrayant de partir à la recherche d’un nouvel emploi – après tout, 25 ans se sont écoulés… et comme dit l’adage : « Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras ». Mais la plupart des entreprises sont en réalité heureuses de compter sur des salariés compétents et de les gratifier en conséquence. Se renseigner ne coûte rien et si rien ne se présente dans l’immédiat, au fond, rien ne presse.

Quant au chef de cette entreprise, on peut lui recommander d’augmenter immédiatement le salaire de ses collaborateurs – ne serait-ce que pour compenser la hausse du coût de la vie de ces cinq dernières années. On peut lui conseiller également de consulter un expert des finances pour un audit de ses activités. S’il a financé ces achats grâce aux profits de l’entreprise, sa responsabilité est de chercher un conseil extérieur.

Pourquoi ? En n’investissant pas dans ses talents, il n’investit pas dans son entreprise. On peut supposer que de nombreux collaborateurs pensent à quitter cette entreprise après avoir été traité de la sorte. Mais le turnover coûte très cher aux entreprises – et certainement beaucoup plus cher qu’un 4x4 dernier cri. Remplacer quelqu’un affichant plus de 25 années d’expérience est particulièrement coûteux.

Globalement, ce chef d’entreprise prend de mauvaises décisions en fonction de son plaisir à court terme. Nul doute qu’il subira un sérieux retour de manivelle.

Ce billet a été initialement mis en ligne en décembre 2018 et actualisé en avril 2021.

 

A propos de l'auteur

The Cornerstone Editors

This article was authored or published by Cornerstone's blog editorial team.

Plus de contenu de The Cornerstone Editors
Article précédent
La formation des collaborateurs, des partenaires et des clients comme levier de performance de l’entreprise
La formation des collaborateurs, des partenaires et des clients comme levier de performance de l’entreprise

Article suivant
Gestion de la performance ou comment former pour performer ?
Gestion de la performance ou comment former pour performer ?

En quoi consiste la performance du capital humain d’une entreprise à moyen ou long terme, et comment la fai...

×

Accéder à notre bibliothèque gratuitement en remplissant ce formulaire

Prénom
Nom
Poste occupé
Entreprise
Taille de l'entreprise
Pays
S'abonner à toutes les communications
!
Merci!
Error - something went wrong!