Une vision et de nouvelles stratégies pour le monde du travail de demain

May 13, 2020 Adam Miller

Hier, ne ressemble en rien à aujourd’hui. Pour certaines entreprises, la crise COVID-19 a été synonyme d’arrêt de leurs activités, tandis que d’autres voient leur croissance s’accélérer. Les tendances qui se dessinaient avant la crise s’intensifient. Les initiatives de transformation numérique sont d’autant plus urgentes que les entreprises sont désormais obligées de s’adapter rapidement. Le télétravail est rentré de plain-pied dans les mœurs des entreprises. De plus, le besoin de nouvelles compétences est une préoccupation immédiate des entreprises. Désormais, les entreprises n’ont plus le choix, le changement n’est pas facultatif! Reste à savoir comment procéder concrètement.

C’est un défi vertigineux que de s’adapter dans de telles circonstances — pour autant les entreprises y parviennent. Il suffit d’avoir en mémoire, la hausse soudaine de la production de ventilateurs faite par Medtronic dans ses usines ; ou par Honeywell et nombre d’autres entreprises fabriquant des masques. Les entreprises montrent leur résilience au changement en éliminant les contraintes qui les handicapaient. Certaines contraintes étaient le résultat d’un héritage révolu, comme des modèles ou des processus commerciaux obsolètes pour répondre aux défis d’aujourd’hui. D’autres en revanche, telles que les commandes de protection en plexiglas, sont spécifiques à la période et nécessitent des approches nouvelles et créatives qui auront un impact durable sur les entreprises. Ces dernières ont découvert leur capacité d’adaptation, et il est essentiel qu’elles ne retombent pas dans leurs travers une fois la crise passée. La volatilité de l’économie a augmenté ces dernières années et cette tendance se poursuivra bien au-delà de la crise.

Chez Cornerstone, nous nous sommes engagés à aider les entreprises à adopter leur stratégie business. À savoir, devenir résiliente, se libérer des traditions et être ouverte à de nouvelles idées et ce dans un environnement changeant. Nous pensons que la formation continue des collaborateurs est au cœur de cette démarche. C’est pourquoi, au cours des 20 dernières années, nous avons perfectionné nos logiciels afin que les entreprises puissent s’adapter aux changements systémiques en recrutant les bons profils, avec les bonnes compétences, tout en leur offrant des formations pertinentes. Grâce à l’acquisition de Saba, un leader mondial des solutions de gestion des talents, nous sommes plus que jamais à même d’aider les entreprises à se préparer aux défis futurs : formation continue, utilisation des données et gestion des collaborateurs. La solution ? Continuer à détruire les silos.

La formation, moteur du changement

Se former pour mieux s’adapter. Les données du Cornerstone People Research Lab soulignent d’ailleurs que les formations sont en augmentation au cours des dernières semaines, les entreprises souhaitant aider leurs collaborateurs à s’adapter à cette nouvelle norme. Ainsi, on observe une augmentation des formations sur la gestion du stress et le travail à domicile. En plus de les former pour répondre aux exigences de conformité, les organisations devront fournir aux collaborateurs des formations plus holistiques pour aborder tous les aspects de leurs vies professionnelles. Pour ce faire, l’apprentissage doit être :

  1. Multimodal : disponible sur tous les appareils et compatible avec les outils et solutions utilisés quotidiennement par les collaborateurs. Par ailleurs, les formations sont plus efficaces et assimilables, lorsqu’elles sont proposées sous des formats différents, à savoir la collaboration sociale ou le microlearning. Souvent, la formation pâtie quand les collaborateurs doivent sur former au rythme prédéfini par l’employeur. Au contraire, la mémorisation et l’efficacité de l’apprentissage sont maximales lorsque les employés en ont besoin et peuvent immédiatement l’appliquer à une situation réelle.
  2. Hyperpersonnalisées : Afin de permettre aux collaborateurs de consacrer moins de temps à rechercher des formations. La technologie permet de suggérer aux collaborateurs celles qui sont adaptées à leurs besoins, selon leurs compétences, leurs expériences, leurs aspirations et leurs préférences.
  3. Facilitateur d’affaires : Pour que les entreprises croissent rapidement, elles doivent instaurer une véritable politique de formation, qui nécessite récurrence, encouragement et développement. Une politique réfléchie et cohérente, qui se traduira par des changements, tant de mentalités, que de comportements et aura un impact sur la croissance.

Pour favoriser ces mutations, nous offrons des contenus pédagogiques pertinents, grâce à notre service d’abonnement Content Anytime. Avec des milliers de modules de formations proposées par des dizaines de partenaires mondialement reconnus, nous aidons les organisations à offrir le contenu idoine leur permettant d’optimiser les formations en interne. D’ailleurs, afin d’offrir une offre complète, nous avons récemment investi dans la société Talespin, qui propose une solution de formation en réalité virtuelle.

En intégrant ces changements à leur politique de formation, les organisations seront préparées à relever les défis futurs. Dans un marché en constante évolution, la formation est le partenaire permanent de chaque collaborateur, qui ne cessera jamais d’apprendre.

Un accompagnement personnalisé basé sur l’IA pour autonomiser vos collaborateurs

L’une des principales raisons pour lesquelles les talents décident de quitter une organisation est l’absence de formation. Au-delà de l’évolution de leur carrière, les gens veulent être reconnus pour leurs compétences. Ils veulent également se sentir utiles dans l’entreprise, comme l’indique une récente étude réalisée par Mercer Consulting. Ils attendent de leur manager un suivi continu et régulier afin de s’améliorer, être soutenus dans leur remise en question, tout en conservant un sentiment de bien-être. Enfin, ils souhaitent mettre en pratique ce qu’ils ont appris au travers de nouvelles missions. C’est pourquoi ils veulent être coachés.

Les organisations devront donc réévaluer la manière dont elles aident leurs employés. Cela passera par une transformation des managers en coaches. L’objectif ? Qu’ils guident, comprennent et s’adaptent aux personnes qu’ils managent, et non s’attardent pas uniquement à leurs postes. Ce qui implique que les entreprises doivent leur offrir des outils leur permettant d’avoir une vision complète de leurs collaborateurs — notamment sur leurs centres d’intérêt, leurs compétences ou encore leurs aspirations personnelles et professionnelles — afin de leur construire des plans de carrières sur mesure.

En plus de transformer les managers en coaches, les organisations doivent trouver de nouvelles façons de soutenir le développement de leurs collaborateurs avec des outils de formation basés sur l’IA. Ce type de solutions intégrées aux technologies déjà utilisées par les salariés et leur permettront d’avoir des recommandations personnalisées pour le développement de leurs carrières. Par exemple, lorsqu’un salarié a suivi une formation axée sur l’acquisition d’une compétence, il lui sera recommandé de suivre une série de formations complémentaires en lien avec celle-ci. Enfin, en plus de bénéficier des recommandations personnalisées grâce à l’IA, les collaborateurs pourront gérer leur évolution de carrières grâce à des chatbots intelligents pouvant suggérer des formations adéquates ou encore un poste adapté à leurs compétences.

Ces outils, combinés aux échanges managers/managés (alimentées par des données), permettront aux collaborateurs d’avoir une évolution de carrière personnalisée, qui s’appuie sur leurs compétences, expériences et aspirations, afin qu’ils se sentent plus engagés et plus autonomes.

Des données pour une meilleure gestion des collaborateurs

La technologie a entrainé une explosion des données et de leur analyse. Aujourd’hui, les entreprises se basent sur les données, notamment des personnes, pour obtenir des informations à forte valeur ajoutée. Néanmoins, toutes ces informations ne leur ont pas permis d’avoir une vision holistique et complète de leurs collaborateurs, tant en interne qu’en externe. Les organisations ont besoin de données complètes pour connaître les collaborateurs dans leur globalité, notamment en termes de compétences, forces, expériences, aspirations, état d’esprit, bien-être ou encore de formation.

Au début de l’année, nous avons fait un grand pas dans ce domaine en acquérant la start-up française Clustree. Elle a développé une plateforme de gestion des compétences basée sur l’IA et une ontologie des compétences afin d’aider les organisations à faire correspondre les compétences de leurs collaborateurs à des postes spécifiques.

L’avantage de cette solution est double. D’abord, les données permettront aux entreprises de développer et d’assigner, de manière dynamique, les compétences appropriées en fonction des projets, rôles et investissements clés. Par exemple, l’analyse de l’ensemble des données d’une entreprise permettra aux managers de constituer des équipes rassemblant les meilleures compétences et expériences, indépendamment de la géographie. Ainsi, en disposant de données sur les talents tant en interne qu’à l’externe, les entreprises seront en mesure de rassembler la meilleure équipe possible en combinant des collaborateurs, des candidats, de contractuels et/ou encore des indépendants.

Par ailleurs, et surtout, des données plus complètes permettront aux entreprises d’améliorer le bien-être, l’engagement et la fidélisation de leurs collaborateurs. D’ailleurs ces données pourront être utiles dans les discussions entre mangeurs et managés, notamment quant au le développement de carrières, grâce à une approche plus personnalisée. D’ailleurs, les données doivent être collectées uniquement pour le bénéfice et la valorisation du collaborateur, et non pour un suivi de sa productivité et de son efficacité. Elles peuvent permettre une expérience plus significative aussi bien dans la sphère privée que professionnelle ce qui en fin de compte, profite à la fois à l’employé et à l’entreprise.

Cornerstone s’adapte et évolue avec vous

La pandémie mondiale due au COVID-19 est la preuve que les entreprises doivent être, plus que jamais, agiles pour survivre. Pour autant l’après-crise, ne dois pas être un retour à la normale, où il faut 18 mois ou plus pour repenser sa main d’œuvre. Lorsque des circonstances imprévues surviennent, les entreprises qui sont capables d’agir rapidement supportent non seulement le changement, mais en tirent profit. Mais pour acquérir cette agilité, elles doivent éradiquer les freins à leur transformation et adopter en parallèle un nouvel état d’esprit invitant au changement et à l’innovation.

L’émergence de ce Nouveau Monde du travail arrive à un moment charnière pour notre entreprise également. Avec la récente acquisition de Saba, nous sommes encore mieux armés pour aider nos clients à réaliser la transition vers cette nouvelle réalité. Non seulement nous allons accélérer et intensifier notre capacité d’innovation, mais nous avons désormais accès à près de deux fois plus de données sur les clients, ce qui nous permet d’améliorer l’IA de nos produits. En tant que société unifiée, nous nous sommes engagés à accélérer notre innovation afin d’aider les entreprises à relever ces nouveaux défis, à créer de nouvelles opportunités et à se transformer en une entreprise résiliente.

A propos de l'auteur

Adam Miller

Adam Miller is the Founder & CEO of Cornerstone OnDemand (NASDAQ: CSOD). He started Cornerstone in 1999 in his one-bedroom apartment to help people realise their potential. Under his leadership, Cornerstone has grown to become a $500 million company and is one of the largest cloud computing companies in the world. Today, Cornerstone products are used by more than 3,350 organisations worldwide, reaching more than 37 million users in 192 countries. Mr. Miller is an active social entrepreneur. He is the chairman of the Cornerstone OnDemand Foundation, which helps people who help people, with a focus on education, workforce development and disaster relief. He is the current chairman of Team Rubicon, a leading veterans services organisation providing humanitarian aid globally. He led the merger of FAAN and FAI to create FARE (Food Allergy Research & Education) and serves on FARE’s executive board. In addition to his work with FARE, he helped seed Aimmune Therapeutics and create the UCLA Food Allergy Center. He is the past-president and a current director of IKAR in Los Angeles. He also coaches his children’s AYSO and tournament soccer teams. Mr. Miller is a frequent speaker and writer on entrepreneurship, philanthropy, technology and talent management.He co-authored Business Capital for Women and was a contributor to Talent Management. Most recently, he was named #5 in The SaaS Report’s list of Top CEOs for 2017, and #8 in Comparably’s list of Best CEOs in 2017. He was also awarded the 2017 Best Practices Institute CEO Award and was honored with the HR Tech World’s UNLEASH Award in 2017. Prior to founding Cornerstone, Mr. Miller served time as an investment banker and consultant. He holds a BA from the University of Pennsylvania, a BS from its Wharton School of Business, a JD from the UCLA School of Law, an MBA from UCLA’s Anderson School of Business, and has both CPA and Series 7 certifications. But it was his two year trip around the world in his twenties that best prepared him to run a global business.

Plus de contenu de Adam Miller
Article précédent
Inégalité au travail, ce que le Coronavirus révèle
Inégalité au travail, ce que le Coronavirus révèle

#COVID-19 – les inégalités liées au travail persistes

Article suivant
2020, l’année du « nano learning » ?
2020, l’année du « nano learning » ?

#Formation – Le nano learning la nouvelle manière de se former